Le temps d’un séjour à Londres, j’ai eu l’occasion de visiter le Victoria & Albert Museum. Jusqu’au 30 septembre 2012, le V&A Museum présente une rétrospective du studio de design londonien Heatherwick.

Nous connaissons tous le studio Heatherwick pour le Pavillon du Royaume-Uni  à l’exposition universelle de Shanghai, ainsi que pour le siège « Spun » et plus récemment pour le chaudron accueillant la flamme olympique.

Bien que petite au premier abord, l’exposition est en réalité très dense, tant les projets sont bien documentés. Il y a une telle profusion de maquettes, esquisses, plans, ébauches, projets de diplômes ou d’études que l’on peut y passer des heures.

  

   

Créé par Thomas Heatherwick en 1994 à sa sortie du Royal College of Art, le studio est devenu aujourd’hui incontournable  dans l’innovation, la conception, le prototypage et la recherche de nouveaux matériaux et mécanismes.
L’exposition propose de découvrir des pièces spectaculaires au croisement de l’architecture, l’ingénierie et la sculpture.

Ainsi, j’ai pu découvrir son travail étonnant sur les ponts et passerelles. Le Rolling Bridge en est l’exemple le plus frappant. Situé près de Grand Union Canal à Londres, il a la particularité de s’enrouler sur lui-même pour laisser passer les bateaux plutôt que s’ouvrir en deux parties comme les ponts classiques.
Il est composé de 8 sections sur lesquelles les piétons passent et de 7 paires de vérins hydrauliques qui forment la balustrade. Lorsque le pont se met en marche, les vérins s’actionnent et « plient » la structure de la balustrade qui à son tour enroule les sections de la passerelle. Mais une vidéo vaut mieux qu’une explication :